Communiqué commun des régions Unia Berne-Oberaargau-Emmental, Bienne-Soleure-Seeland, Berner Oberland, Transjurane et de l’Union syndicale du Canton de Berne

Référendum

Comme annoncé, les régions Unia actives dans le Canton de Berne lancent aujourd’hui le référendum contre la nouvelle loi sur le commerce et l’industrie. Il sera soutenu par l’Union syndicale du Canton de Berne et des syndicats membres que sont Syndicom, SSP et SEV, ainsi que par syna, le PS, les Verts, le PEV et la gauche alternative (Alternative Linke). L’Alliance pour le dimanche soutient également le référendum. D’autres organisations ont également été contactées.

Ce référendum est nécessaire car, lors de sa session de juin, le Grand Conseil a doublé le nombre de dimanches où les magasins peuvent ouvrir. Pour les salarié-e-s du commerce de détail qui ont déjà des conditions de travail difficile et de bas salaires, ce serait une charge supplémentaire inacceptable. Les vendeuses et vendeurs se sont toujours exprimé-e-s contre le travail du dimanche, et ce encore dernièrement dans un sondage éclair qu’Unia a organisé avec l’Union syndicale du Canton de Berne.

L’extension du travail dominical tombe durant cette période de crise du Coronavirus. Le personnel du commerce de détail, notamment dans le domaine alimentaire, a dû, pendant cette période difficile, garantir l’approvisionnement de la population. Il a reçu pour cela applaudissements et louanges. Son rôle essentiel pour la société a été enfin visible. Malgré cela, le Grand Conseil n’épargne pas le personnel de vente d’une attaque en règle. Sous la pression des grands détaillants, il veut déréguler le temps de travail au lieu de revaloriser le travail des vendeuses et vendeurs.

Le dimanche est l’unique jour de repos commun. Nous nous opposons à un affaiblissement supplémentaire du repos dominical. Il permet la récupération et des loisirs ainsi que de préserver des activités sociales et familiales. Cela doit rester un droit dans le futur, pour les vendeuses mais aussi pour tou-te-s les autres salarié-e-s.

Les ouvertures dominicales supplémentaires sont un jeu à somme nulle. Elles ne vont pas faire tomber davantage d’argent dans le portemonnaie des consommatrices et consommateurs. Les centres commerciaux et grandes chaînes de magasin vont être avantagées au détriment des petits commerces. C’est faire fausse route et c’est profondément injuste.

En recourant au référendum, Unia donne l’occasion aux citoyen-ne-s de défendre le repos dominical et d’affirmer l’importance de la protection des travailleuses et travailleurs durant la crise et à plus long terme.

Le référendum peut être signé à cette adresse. http://www.gewerkschaftenbern.ch/

Pour des informations :

Rébecca Lena-Cristofaro, secrétaire régionale Unia Transjurane, 079 795 03 76 (français)
Jesus Fernandez, secrétaire régional Unia Bienne-Soleure-Seeland, 079 231 60 05 (allemand/français)
Muriel Zürcher, secrétaire régional Unia Bern-Oberaargau-Emmental, 078 845 07 13 (Deutsch)
Giuseppe Reo, secrétaire régional Unia Berner Oberland, 079 204 96 80 (Deutsch)